Vermicomposteur

Zéro déchet dans ma cuisine équipée : le vermicomposteur

Des vers chez moi ? Ça ne va pas, non ?

Avant tout, lorsqu’on parle de vers, on a une légère tendance au dégout. Ça aussi, c’est naturel... Alors, sachez que vous n’aurez de contact avec vos hôtes qu’une seule fois, lors de l’installation de votre vermicomposteur. Ensuite, ils vivent leur vie et travaillent jour et nuit sans avoir besoin de votre intervention.

Un autre point qui peut rebuter certains d’entre vous est l’idée (fausse) qu’une telle installation dégagera des odeurs désagréables. En fait, les enzymes contenus dans les intestins de nos chers vers suppriment les odeurs de décomposition. Cependant, dans le cas d’un déséquilibre de l’écosystème de votre vermicoposteur, certains effluves désagréables peuvent se créer. Mais pas de panique, voici leur explication et la façon de les résoudre immédiatement. 

Convaincus ? Alors voyons comment se présente votre vermicomposteur.

Il existe énormément de modèles de vermicomposteurs de tailles différentes. Vous vivez en appartement ? Optez pour une petite taille à installer sous votre évier ou votre terrasse. Dans votre maison, placez un vermicomposteur plus grand à proximité de vos poubelles ou votre garage… Il est possible aussi de l’installer en extérieur, mais sachez que vos vers travailleurs ont besoin d’une température comprise entre 5 et 30 degrés. 

Quelle que soit la taille de votre vermicomposteur, le principe est toujours le même : il s’agit de l’empilement de caisses (3 minimum) qui ont toutes une fonction.

Explication…

  1. Ouvrez le couvercle et déposez vos déchets. Ici, vous pouvez toutes sortes d’épluchures de fruits et légumes ainsi que vos cartons d’emballage ou vos rouleaux de papier toilette et feuilles de journaux (pour les papiers et cartons, déchirez-les en petits morceaux). Attention, les vers sont de gros mangeurs mais ne supportent pas l’ail, l’oignon ou les agrumes. Par contre, ils raffolent des coquilles d’œuf !
     
  2. Dans ce bac, les vers sont à l’ouvrage. Ils sont actuellement en train de transformer vos déchets précédemment offerts en compost. Dès qu’ils auront fini leur repas, ils monteront naturellement à l’étage supérieur pour déguster la nouvelle fournée que vous venez de leur servir.
     
  3. Ce bac ne contient plus que du compost. Les vers n’y trouvant plus à manger l’ont déserté pour migrer vers la nourriture de étages supérieurs. Il ne vous reste plus qu’à récolter ce compost pour enrichir le terreau de vos plantes d’intérieur ou de votre jardin.
     
  4. C’est le bac bonus de votre vermicomposteur. Lors du processus de transformation des déchets, les vers rejettent un liquide qui s’avère être un engrais de qualité supérieure que vous utiliserez pour l’arrosage de vos plantes. Attention : cet engrais étant particulièrement riche, il faudra le diluer dans l’eau dans les proportions d’une dose d’engrais pour 9 doses d’eau. A plus ou moins 10 € le litre d’engrais liquide en magasin, il est fort probable qu’en plus de vos plantes, votre porte-monnaie remercie lui-aussi vos vers !

Le vermicomposteur ne vous demandera que deux choses : 

  • Un minimum de place pour l’installer
  • Prendre l’habitude d’y déposer vos déchets alimentaires au lieu de les mettre à la poubelle.

Mais pour comparées à ces deux petits efforts, les satisfactions sont multiples : 

  • Réduction drastique de vos déchets 
  • Du compost et de l’engrais gratuits toute l’année
  • Du compost et de l’engrais de très haute qualité

Alors, regardez bien chez vous, on est sûr qu’il y a une petite place qui attend votre vermicomposteur et vos plantes n’attendent que lui !​

Ces articles pourraient vous plaire

soupe de butternut et légumes rôtis 9.01.24

Deux recettes aux couleurs d’hiver

Qui a dit que la fin d’année était grise ? L’automne et l’hiver sont des saisons de prédilection pour les plats réconfortants et colorés. Chez Couleur Cuisine, nous adorons cette période lumineuse, aux...
Cuisine moderne aux tons neutres avec des armoires blanches, un îlot central, des touches de bois clair, un tabouret de bar noir, des appareils en acier inoxydable et des étagères ouvertes garnies de vaisselle. 30.11.23

Vers l’infini et la cuisine en bois

Bambou, sapin, chêne clair ou sombre, pin, eucalyptus, hêtre, noyer, merisier… Le bois est magique car infini. Il peut tout apporter. De la modernité comme de la tradition, du pratique, du décoratif, les...
Photo d'un îlot central dans une cuisine moderne 8.09.23

Pourquoi on adore l'îlot central !

Si les cuisines sont devenues ce lieu central, convivial, où l’on peut cuisiner avec plaisir, manger, travailler, se retrouver, c’est qu’elle est de mieux en mieux équipée et aménagée. Dans ce contexte,...